Un chemin seul(e) ou en couple ?

paroles Bouddha 1Pour beaucoup de personnes, être célibataire n’est pas un choix.

Il est vrai que même si les mentalités évoluent doucement aujourd’hui, la norme dans notre société actuelle reste le couple et la famille. Le célibataire est souvent jugé comme un être asocial et la pression sociale reste un poids pour ceux qui vivent seuls.

Et pourtant, être célibataire peut être très constructif et est un choix adopté par de plus en plus de personnes. Il permet de prendre plus de temps pour soi pour entrer en introspection et réfléchir sur soi-même, il peut permettre d’apprendre à mieux connaître ses propres besoins et à mieux se respecter, à bien consolider ses racines avant d’éventuellement entamer un chemin de couple.14570372_1827774180787698_7160535135395358809_n

Beaucoup de sages font d’ailleurs le choix du célibat pour mieux consacrer leur vie à la prière ou à la méditation. C’est le cas notamment de nombreux moines bouddhistes qui préfèrent vouer leur vie au chemin de l’éveil.

Certains diront que se tourner vers soi est égoïste.

Il est vrai que culturellement, dans notre société judéo-chrétienne, l’accent est mis sur le fait d’être d’abord et avant tout tourné vers les autres, vers les besoins des autres, vers le fait de faire plaisir aux autres, parfois même jusqu’à l’oubli et au sacrifice de soi-même. Le contraire est en effet considéré comme de l’égoïsme pur, voire même du narcissisme. Matthieu Ricard dit d’ailleurs à ce propos : « L’égoïsme et l’amour de soi, loin d’être identiques, sont en fait deux attitudes opposées. L’égoïste ne s’aime pas trop, trop peu, en fait, il se hait. L’égoïste est un être qui ne fait rien de sensé pour être heureux. Il se hait parce que, sans le savoir, il fait tout ce qu’il faut pour se rendre malheureux et cet échec permanent provoque une frustration et une rage intérieure qu’il retourne contre lui et contre le monde extérieur. L’égoïsme ne peut donc être considéré comme une façon efficace de s’aimer soi-même, puisqu’il est la cause première de notre mal-être. Il constitue une tentative particulièrement maladroite d’assurer son propre bonheur. »

Et pourtant, avant de pouvoir pleinement aimer l’autre de tout son être, il est nécessaire de guérir d’une bonne partie de ses blessures, d’apprendre à s’aimer et à se respecter soi-même… et cette étape est omise par un grand nombre de personnes qui s’étonnent ensuite d’être par exemple avec un partenaire non-aimant ou non-respectueux.

Que se passe-t-il d’un point de vue énergétique lorsque nous choisissons de faire ce travail sur nous-mêmes ? Lorsque nous allons voir en nous, que nous prenons conscience de nos blocages et que nous nous en libérons, nous élevons progressivement notre taux vibratoire et nous nous rapprochons de notre Essence. Et par résonance, plus nous élevons notre taux vibratoire et plus nous attirerons à nous des personnes qui vibrent à taux plus élevé également. Mais si par exemple nous souffrons d’une blessure d’abandon, nous émettons une fréquence particulière propre à cette blessure. Nous attirerons à nous des personnes qui entrent en résonance avec cette même fréquence.

Alors, ne cherchons pas à aller trop vite, à vouloir à tout prix être en couple si nous sommes célibataires. Prenons le temps de guérir de nos blessures pour émettre des vibrations d’amour qui ne pourront immanquablement qu’attirer à nous des personnes plus aimantes.

Quoi que nous vivions, il est indispensable de bien accueillir et respecter chaque phase de vie dans laquelle nous sommes. Sur le chemin de l’évolution spirituelle, aucune situation n’est meilleure qu’une autre.

L’ego dit : « Quand tout sera en place, je trouverai la paix ».
L’âme dit : « Trouve la paix, et tout se mettra en place. »

En voulant à tout prix ce que nous n’avons pas, nous empêchons le processus naturel d’évolution. En luttant contre ce que la Vie met sur notre route, en nous accrochant éventuellement à de vieilles émotions passées, bref en refusant notre présent (et le monde aujourd’hui facilite cette fuite par tant et tant de moyens qui nous détournent de nous-mêmes),  nous nous fermons à la Vie et ralentissons notre développement.

En lien avec ce que je viens d’écrire, je vous conseille la vidéo suivante de Darpan, qui est un homme d’une grande sagesse, que j’aime beaucoup.

Capture d_écran (22)
Pour voir la vidéo de Darpan, cliquez sur le lien suivant: L’ouverture à soi (extrait)

Il résume très bien ce que je viens de vous partager : « Tant que vous n’êtes pas en contact avec l’amour de vous-mêmes, tous vos élans d’amour sont des manipulations, des compensations, des façons d’oblitérer le malheur qui vit en vous, le vide qui vit en vous ».

 

gustav-klimt-le-baiser
« Le baiser » de Klimt

Etre en couple est une autre étape de vie et peut être un véritable chemin d’amour partagé.

 « L’amour est chose très rare. Rencontrer quelqu’un en son centre, c’est passer soi-même par une révolution, car si vous voulez rencontrer quelqu’un en son centre, il vous faudra lui permettre d’arriver, lui aussi à votre centre. Il vous faudra devenir vulnérable, absolument vulnérable, ouvert »  (Osho)

Je pense que cette phrase d’Osho résume très bien la véritable relation d’amour.

Oui, le couple aussi peut être une terre propice à l’évolution spirituelle. Mais pour faire ce chemin, il est essentiel que chacun des deux partenaires fasse le choix en conscience d’aller voir en lui-même ses zones d’ombre que l’autre lui renvoie. L’autre n’étant bien évidemment que notre propre miroir.

Malheureusement, la majorité des personnes préfèrent mettre les difficultés vécues sur le compte de leur partenaire et croire que la cause de leur souffrance est extérieure à eux. Combien de fois n’ai-je pas entendu dire : « c’est à cause de mon mari si je me sens abandonnée, c’est parce qu’il ne me donne pas assez d’amour ». C’est tellement plus facile de tenir l’autre responsable de ses propres blessures, manques, souffrances. Alors qu’en réalité, notre partenaire ne fait que nous renvoyer nos fragilités, et c’est là une occasion extraordinaire que nous offre la Vie d’aller les voir et de travailler dessus pour nous en libérer.

Que se passe-t-il d’un point de vue énergétique si uniquement un des deux partenaires fait ce chemin ? Comme expliqué plus haut, plus nous nous libérons de nos blocages, plus nous élevons notre taux vibratoire et nous nous rapprochons de notre Essence. Mais s’il n’y a qu’un des deux partenaires qui fait ce chemin, la différence de taux vibratoires entre les deux partenaires risque fort bien à un moment donné d’être trop grande. Il n’y aura plus la même résonance énergétique entre ces deux personnes et cela favorisera très certainement leur séparation.

Un véritable chemin de couple se situe là où chacun des deux partenaires fait son travail intérieur, où chacun est prêt à s’observer et à transformer en lui-même ce que l’autre lui renvoie. Ce chemin n’est pas facile mais si le couple est vécu comme tel, il peut alors devenir un véritable foyer d’une profondeur et d’une intensité qui transforme les deux êtres aimés.

 

A ce propos, voici une très belle vidéo:

Capture d_écran (24)
Pour voir la vidéo de Fabrice Palmer, cliquez sur le lien suivant:  Le couple divin

 

Comme nous le voyons, chaque situation quelle qu’elle soit (célibat ou couple) est l’occasion d’apprendre et de grandir. Comme expliqué dans mon article Retour vers Soi (partie 1), nous devons juste oser aller voir en nous-mêmes nos parts d’ombre, reconnaître nos limites et apprendre à nous en libérer. Le travail est le même lorsque nous sommes seul(e) ou en couple. A nous de décider de tirer profit des avantages de la situation dans laquelle nous sommes. Nous pouvons choisir de devenir acteur de notre vie et d’en prendre pleinement part ou de la subir et de nous focaliser sur ce que nous n’avons pas en étant malheureux.

Etre en phase totale avec la Vie, c’est simplement se laisser porter par le courant. Alors, apprenons à avancer avec ce qui est présent, sans vouloir aller plus vite.  Nous irons probablement de plus en plus en profondeur… Laissons le soin à la Vie de nous apporter ce dont nous avons besoin au moment où nous en avons besoin. Le processus d’évolution se fait naturellement. Accueillons simplement ce qui est présent, dans la bienveillance, la douceur et l’amour envers nous-mêmes, quel que soit ce que nous vivons, ce que nous pensons, ce que nous ressentons.

 

Livres que je vous conseille sur le couple:

  • « Faire l’amour de manière divine »de Barry Long (éd. Pocket).  Magnifique petit livre sur le chemin que peut faire un couple à travers la sexualité, dans les retrouvailles de l’amour véritablement divin.
  •  » Le chemin le moins fréquenté »de Scott Peck (éd. J’ai lu, Aventure secrète).  Dans ce livre, il y a un très beau chapitre sur l’amour.
  • « Le couple initiatique »de Carolji eth Eric (éd. de l’Etre).  Il s’agit d’un très bel ouvrage qui porte sur le potentiel spirituel du couple.
  • « La femme solaire », de Paule Salomon (éd. Le Livre de Poche).  Ce livre parle de la femme, de l’homme et du couple, de la nécessité pour la femme de retrouver « la Grande déesse » à intérieur d’elle-même afin de conduire l’homme vers son intériorité et arriver ainsi à un véritable couple réalisé. Je vous joins un extrait de ce livre pour que vous puissiez vous en faire une idée par vous-mêmes…

« Ainsi, l’homme s’accomplira à travers la femme et la femme à travers l’homme […].  Il paraît urgent que la femme retrouve sa force solaire et que par elle l’homme accède à nouveau à sa lune intérieure pour que la direction de notre civilisation retrouve un cours harmonieux ».